• Sésame


     

     

    Prononcer les mots

    qui ouvrent la porte

    de la tristesse

    chasser l’apitoiement

    marécage du cœur

    noyé dans les larmes stériles

    remonter la pente

    compter mes bénédictions

    si je dois pleurer

    le faire en priant pour eux

    perdus loin du berger

    dans cette vie aux pas perdus

    où tant de pas ont oublié

    le chemin du pardon


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Mai à 15:24

    Dans la détresse, se souvenir qu'Il est là encore plus près, plus près que jamais... 

      • Vendredi 11 Mai à 21:17

        Oui, plus près que jamais...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter