• Poeme : John Bunyan

     


    Il faut qu'un berger qui veut paître
    Les chers agneaux d'Emmanuel,
    Apprenne avant tout à connaître
    Les vérités qui sont du ciel.

    Déjà c'est un profond mystère
    Que les sages, les entendus,
    N'aient point de part dans cette affaire :
    Ils sont renvoyés confondus.

    Pour en avoir la connaissance
    Il faut être des plus petits,
    Laisser là toute autre science,
    Devenir de simples brebis.

    C'est près d'un tel pasteur fidèle
    Qu'une âme, en sa perplexité,
    Trouve des conseils pleins de zèle,
    Pour sortir de calamité.

    Heureux bergers ! brebis heureuses !
    Qui, ne craignant aucun danger,
    Suivez les traces lumineuses
    De votre souverain berger !

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Mai 2016 à 21:56

    Génial !... Merci Marlalex. glasses

    2
    Samedi 21 Mai 2016 à 12:32

    Nous avons beaucoup en commun, une evidence...Merci ALoysia

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter