• Mauriac

    Je  n'imagine pas le paradis chrétien comme une sorte de champs Élysées

    grecs. La possession hors de l'espace et du temps, de cet amour en qui j'ai

    foi plus qu'en ma propre vie, est à la lettre inimaginable, échappe à toute

    vie humaine, à toute approximation. Il faut y tendre mais n’en pas parler.

     \
     


  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Novembre 2018 à 18:17

    En effet, rien à voir ; puisque en plus, ce n'est pas "après la mort", mais maintenant ! D'ailleurs Jésus ne parle pas de "Paradis", mais de "Royaume".

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter