• Mathieu VI, verset 28

    *         Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; ccependant,je vous dis que Salomon même dans toute sa magnificence n’était point

    vêtu  vêtu comme l'un d'eux.
    d      

     dm

    C


  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Avril à 19:11

    Voilà une parole extrêmement importante, et pourtant si difficile à comprendre (ou plutôt à accepter) ! Avec une optique de réalisme on pourrait dire que cela n'a aucun sens, de comparer les humains avec les fleurs ou les animaux... Pourtant c'est une leçon sur l'abandon de soi... Là, Jésus est tout proche du sage indien qui dit qu'un vieux linge lui suffit et que la terre est sa couche (dans les poésies de Shank,ara ou dans l'Avadhûta Gîta par exemple) : d'ailleurs ne dit-il pas ailleurs que "le Fils de l'Homme n'a pas où reposer sa tête" (Mt 8,20)? L'abandon à la Providence divine qui est la clé de la Foi. Sachant que les choses ne tombent pas forcément du ciel, mais que c'est le Tout-Puissant qui met en nous les moyens ou la force de les atteindre, sans que nous y soyons pour rien.

    2
    Samedi 13 Avril à 22:46

    Foi et bon sens se complètent magnifiquement dans tes mots, Merci Mayalila

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter