• Christian Bobin

    Ce n'est pas un journal que je tiens, c'est un feu que j'allume dans le noir. Ce n'est pas un feu que j'allume dans le noir, c'est un animal que je nourris. Ce n'est pas un animal que je nourris, c'est le sang que j'écoute à mes tempes, comme il bat - un volet ensauvagé contre le mur d'une petite maison. 


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mai à 17:21

    Formidable ! On croit au début être celui qui écrit... Et puis à la fin on comprend qu'il va beaucoup, beaucoup plus loin ; que l'on n'avait pas compris qu'en écrivant, on se prouvait qu'on était VIVANT !!!

      • Jeudi 3 Mai à 20:26

        Le mot-cible ! Fine Mayalila !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter